es eu en

Buscar Materiales

Búsqueda avanzada

Recursos para educar

Actividades

En connaissant les personnes réfugiées

Comment nous sentirions-nous si nous étions obligés et obligées à abandonner notre foyer, famille, amis, entourage? Quelle est la différence entre une personne réfugiée et une personne déplacée ?
Pour commencer l’activité nous organisons quatre groupes et nous partageons les témoignages des personnes réfugiées du texte de Lluis Magriñá (fiche 1.1) et les données des personnes réfugiées ou déplacées (fiche 1.2). Deux groupes travailleront les données avec le but d’élaborer des graphiques pour les présenter après au reste du groupe et d’autres deux groupes travailleront avec les témoignages des personnes pour faire connaître les causes et sa situation. On demandera aussi à touts les groupes de penser des propositions pour orienter la situation de ces personnes.
Plus tard, une personne de chaque groupe expose le résultat de son travail. Les données peuvent s’afficher dans le lieu de travail.
Suggestion: Nous présentons le texte en anglais et en français afin de le travailler comme langue étrangère.

En se plongeant dans la page web du Service Jésuite aux Réfugiés

¿C’est Internet une façon adéquate de transmettre l’information? Est-ce que l’impact visuel et la configuration d’une page web a de l’influence dans la perception du message?
Nous divisons la salle de classe en plusieurs groupes et nous proposons, d’abord, réviser la page web du Servicio Jesuita a Refugiados (SJR) de Colombia et nous analysons et prenons les informations importantes en ce qui concerne le travail de cette organisation. Plus tard, nous comparaisons l’information obtenue avec celle du document de Luis Magriñá à propos du travail que le SJR accomplie avec les réfugiés et réfugiées (fiche 2.1) et nous répondons aux questions de la fiche 2.2.
Nous mettons en commun le travail accompli dans les groupes et, plus tard, en groupes, nous les demandons de penser comment on pourrait concevoir cette page web ou quelle seront les changements à faire dans cette page web pour ajouter et/ou souligner ce qui est le plus important.
Suggestion: Nous présentons le texte en anglais et en français afin de le travailler comme langue étrangère.

Comment travailler avec les personnes réfugiées?

Quelles sont les injustices qui souffrent les personnes réfugiées? Comment devons nous travailler avec les personnes exclus et réfugiées? Quelles sont les types de besoins à répondre?
Nous commençons avec une “pluie” d’idées afin de savoir:
Que connaissons nous des personnes réfugiées et déplacées et
Comment pensons nous qui sentent les personnes réfugiées et déplacées
Quels sont les choses dont on besoin ces personnes
Plus tard nous demandons de lire individuellement le document de Lluis Magriñá (fiche 3.1). Apres ça, nous organisons des différents groupes et demandons à chaque groupe de commenter ce qui attire le plus leur attention dans le texte. En concret on leur demande de dialoguer sur les questions suivantes: Que c’est de surprenant dans la vie des personnes réfugiées ? Et de l’aide offerte par le Service Jésuite aux Réfugiés? Pensez-vous qu’il y a des choses qui sont plus nécessaires que d’autres? Pour quoi?
Après une mise en commun, nous rédigeons une proposition ou manifeste de comment devrai être le travail avec les personnes réfugiées bien dans le Nord que dans le Sud. Nous les lisons à haute voix et choisissons un d’entre eux pour l’envoyer à un média prochain. Nous pouvons faire une grande affiche pour la salle de classe.
Suggestion: Nous présentons le texte en anglais et en français afin de le travailler comme langue étrangère.

C’est possible de créer un horizon de futur pour les personnes réfugiées?

Dans quels pays du monde il y a un mayeur nombre de personnes réfugiées? Quelle est la différence entre une personne réfugiée et une déplacée? Quelles sont les injustices qui souffrent les personnes réfugiées? Quels types de besoins sont aidés par les organisations qui travaillent pour les personnes réfugiées?
Nous commençons avec une “pluie” d’idées disposés comme des cartes dans une Carte Peters dont on doit signaler:

Que connaissons-nous de Liberia?

Quelle est la situation géographique de Liberia? Que connaissons-nous des ses personnes, son économie, sa politique?
Nous proposons chercher sur Internet de l’information sur Liberia. Nous divisons cinq groupes pour accomplir la recherche suivante:

Mineurs en situation limite… garçons et filles soldat

Connaissons-nous les problèmes des garçons et des filles de Liberia dans l’époque de la guerre? Quelles sont les conséquences d’avoir été enfant soldat? C’est possible l’intégration après le conflit?
Nous présentons un document sur la situation de Liberia (fiche 11.1) et nous faisons une pluie d’idées dans le tableau sur ces questions: Quel est le risque des garçons et des filles de Liberia dans la guerre? Quels sont les problèmes posés à la fin du conflit? Quelles sont les solutions proposées et quelles sont les difficultés rencontrées? Quelles sont les solutions que nous proposons pour les aider dans son intégration à la société?
Après ça nous comparaisons la situation des garçons et des filles à Liberia avec celle de mineurs de notre entourage, en révisant l’activité sur Mineurs comme nous?
Suggestion: L’activité peut se compléter avec le vidéo Invisibles de Javier Bardem sur les garçons et les filles soldat ou avec des matériaux disponible sur le sujet chez ALBOAN.
Suggestion: Nous présentons le texte en anglais et en français afin de le travailler comme langue étrangère.

L’arbre de conflits de Liberia

Que connaissons-nous de la guerre de Liberia? Connaissons-nous la situation actuelle du pays et qui est le président? Quels sont les problèmes posés par la reconstruction du pays?
Nous présentons le rapport sur la situation de Liberia (fiche 12.1) et nous faisons des groupes. Dans chaque groupe on propose de faire un arbre dans lequel les racines présentent les causes du problème, les branches les conséquences et le tronc est formé par les différents problèmes du conflit.
Pour la mise en commun on dessine un grand arbre dans le tableau et un représentant de chaque groupe expose et écrit dans chaque partie de l’arbre ce que le groupe a travaillé et réfléchi, de façon que l’arbre est complété avec les apports de tous et toutes.
Après ça ils doivent indiquer le travail des différentes organisations (Travail avec des mineurs soldat et avec des personnes réfugiées ou déplacées) pour faire face au problème. Nous faisons la mise en commun et, si possible, nous travaillons avec une de ces actions ensemble.
Suggestion: Nous présentons le texte en anglais et en français afin de le travailler comme langue étrangère.

Que fait-on pour les personnes réfugiées?

Que fait-on pour les réfugiés? Connaissons-nous quelque ONG qui travaille pour eux? Que peut-on faire?
Nous avons commencé à réfléchir sur ce que nous savons qui est fait en faveur des réfugiés et où. Nou notons cette information sur le tableau noir ou sur les feuilles pour le compléter plus tard.
Après nous sommes séparé en groups; après nous distribuons une liste de ONG travaillant avec les refugiés. (Fiche 13.1), on fait la répartition en groupes et visitons leurs sites Web pour voir ce qu’ils font et dans quels lieux.
Nous mettons les informations en commun, nous l’écrivons sur le tableau noir ou sur les tableaux à feuilles mobiles et réfléchissons sur ce que nous savions avant et ce que nous savons maintenant, en complétant les informations que nous avions sur le tableau noir ou sur les tableaux à feuilles mobile.
Ensuite, nous pensons que propositions nous avons pour présenter dans notre environnement et de faire quelque chose pour ces organisations.

© 2011 ALBOAN - Padre Lojendio, 2, 2º 48008 – Bilbao - Teléfono: 944 151 135 CC Licencia de Creative Commons